Exposition Gironde Romane

Plusieurs dates :
Abbaye de la Sauve Majeure du 8 juillet au 6 novembre 2022
https://www.abbaye-la-sauve-majeure.fr/
La Réole, Mois de la photographie du 3 septembre au 2 octobre 2022, Prieuré Bénédictin, tous les jours de 9h à 19h.
Journées du patrimoine de Bordeaux, 17 et 18 septembre 2022, Cdanslaboite / Maison Bourbon, 79 rue Bourbon de 10h à 19h.

A l’origine du projet Gironde romane, et cette évidence que le patrimoine roman a la particularité de ne pas être réuni dans un nombre réduit de sanctuaires célèbres et préservés, ni dans un musée. Il perdure dans quelques hauts lieux, telle l’abbaye de La Sauve-Majeure devenue monument national, mais il est aussi très présent dans des églises et des sites souvent peu visités et méconnus du public.

Photo : Lou Chaussalet / Église de Cardan

Fort de ce constat, comme des liens historiques entre Photographie et Patrimoine, le projet s’est donné pour objectif de donner à voir ce patrimoine dans son environnement, au prisme des perceptions artistiques et du parcours personnel de trois auteur.e.s photographes girondins : Nicolas Camoisson, Lou Chaussalet & Bruce Milpied. Les plus de cinquante lieux visités et photographiés sur l’ensemble du département permettent, sans prétention à l’exhaustivité, de faire découvrir ou d’appréhender autrement l’intérêt artistique et historique de ce patrimoine millénaire.Le parti-pris ne se donne aucune limite mais entend témoigner de l’abondance et de la diversité de ces formes romanes qui, depuis les XIème et XIIème siècles, persistent par leurs vestiges, ténus ou prolixes. Les prises de vue leur rendent hommage et révèlent au public, habitants ou touristes, ce qu’il connaît peu ou n’a jamais « vu » ainsi. Les grands formats de l’exposition Gironde romane présentés à La Sauve-Majeure constituent une première étape, essentielle. Ils ont été choisis dans un souci de cohérence visuelle et de résonance avec le prestige et le rayonnement de ce haut-lieu, « phare » de l’Entre-deux-Mers. Mais une sélection s’est nécessairement imposée, et il reste beaucoup à partager du périple… à suivre donc.

Photo : Nicolas Camoisson / église de Conque-Saint Pardon

Le décor roman des églises qui subsiste se situe, pour l’essentiel, à l’extérieur, sur la façade, les portails et les modillons des chevets. A l’intérieur, il est surtout porté par les chapiteaux des colonnes. Ces décors qui émerveillent par l’inventivité de leurs formes participaient d’un tout à leur époque, bien éloigné de nos considérations modernes ou romantiques quant à la noblesse de la pierre nue, ou à une prétendue austérité précédant le foisonnement gothique. L’intérieur des églises romanes était en effet paré de couleurs vives du sol au plafond. De rares vestiges de polychromie, notamment à l’église Saint-Pierre de La Sauve et dans le musée lapidaire de l’abbaye, comme certaines restaurations en témoignent.

Photo : Bruce Milpied / Eglise d’Auros

La sculpture contribuait, en images, à l’éducation de tous. Apologie des vertus et de la « bonne » conduite, mise en garde face aux tentations du « mal »… son répertoire abondant puise aux sources antiques et bibliques, avec ses scènes, figures ou personnages récurrents. L’art roman déploie une forte expressivité même si son interprétation nous résiste parfois aujourd’hui. Il suffit toutefois de regarder et, si besoin, de… chercher un peu ! Bonnes promenades dans cette si riche & foisonnante Gironde romane.

L’exposition à l’abbaye de la Sauve Majeure

Expo-concert IN/OUT avec le collectif Einstein On The Beach et le photographe Bruce Milpied

Expo-concert IN/OUT avec le collectif Einstein On The Beach et le photographe Bruce Milpied, membre de l’Asso Cdanslaboite dans le cadre de « Bivouacs, escales publiques d’objets artistiques »

Einstein on the Beach : Bivouacs

« IN/OUT est une rencontre entre le rythme des mots et le chant des percussions, entre la poésie et la musique, l’écriture et l’improvisation, les extérieurs et les intérieurs.Lors d’une autre saison de concerts nomades, nous avions convié l’autrice Elsa Gribinski à écrire des textes sur différentes agapes sonores concoctées par Einstein on the Beach. Ce sont des poèmes, alors, qui ont poussé là. Mais s’ils étaient écrits, ces textes devaient être lus en direct. Une collaboration s’est alors dessinée avec un autre poète du son, un amoureux du silence et des bruits doux, le percussionniste Didier Lasserre. IN / OUT se développe peu à peu, pas à pas, et déjà se trame une complicité corollaire avec Bruce Milpied, photographe errant qui a longtemps suivi les aventures d’Einstein on the Beach, et dont les clichés constellent ce programme comme des étoiles brillantes dans le quotidien. »

Samedi 21 mai 2022 à 16h à la Maison Bourbon / Pôle Image ; Participation libre

Evénement Facebook

Programme complet

Les mercredis photographiques #50 avec les photographes Jean-Michel Bécognée, Aurélien Bouyssou, Antoine Delage et Gary Gréteau

L’association Cdanslaboite est heureuse de vous annoncer sa nouvelle saison des mercredis photographiques avec pour point de départ le mercredi 25 mai 2022 dès 18h à la Maison Bourbon / Pôle Image.

Ouverts à tous·tes, les Mercredis Photographiques ont lieu chaque dernier mercredi du mois, le temps d’une soirée, de mai à octobre.
Organisées par l’association Cdanslaboite, ces expositions éphémères valorisent la production photographique en Nouvelle-Aquitaine dans un esprit ouvert et convivial.


Au programme de cette édition #50 :

Jean-Michel Bécognée, Слава Україні

© Jean-Michel Bécognée

Derrière chaque visage, l’enfer :
Il a cinq ans à peine découvert au fond d’un trou, les mains attachées dans le dos, la tête enfouie dans un un sac plastique. Lui, adolescent, jeté vivant dans un cercueil. Eux, tous civils, alignés côte à côte, au fond du jardin, tous, une balle dans la nuque, la mort, partout omniprésente.
Façade déchirée, appartement pulvérisé, maison soufflée.
Derrière chaque bâtisse, un abîme insondable.
Partout aussi, le même cri poignant:
Donnez-nous des armes !

Site web


Aurélien Bouyssou, Bleu Médian

© Aurélien Bouyssou

Entre ma terre natale et ma terre d’adoption, la vue d’une mer immense adoucit.
Bienvenue là où les sentiments dodelinent.Ici, chaque aller est comme un retour.
Ici, avec des nœuds se mesure l’amour.
Chaque ici, j’ai jeté une bouteille, la mer n’en a pas voulu.Lorsque le soleil nous embrasse puis s’efface, ce n’est pas une simple grâce.
Ce sont l’espoir, la chance, les rêves qui s’entrelacent.La toute dernière nuit, sur ce banc.
Au vent j’ai demandé quelle était son occupation avant qu’il ne se lève.
Il a d’abord dansé sur ma nuque, puis sur mon cou. Alors il m’a avoué :
« Je me fascine pour le Bleu Médian. »

Profil Instagram


Antoine Delage, 23h03 la vie d’après

© Antoine Delage

L’indépendance de l’Estonie est proclamée le 22 août 1991 à 23h03, le pays vivra désormais en dehors de l’Union Soviétique. Trente ans plus tard, le territoire s’est métamorphosé mais les vestiges de cette invasion sont encore visibles; prisons, obus et chars communistes s’entrelacent avec une aura cosmopolite. Les trois dernières décennies ont créé une nouvelle génération post-soviétique pourvue d’une identité occidentale et ouverte sur le monde. Une génération qui fait face aux reflets de son passé au travers d’une culture d’altérité.
L’Estonie m’a captivé. J’ai découvert l’identité surprenante de son peuple qui, au fil des siècles, s’est construit en s’adaptant aux invasions successives des nations voisines. Le thème de cette série s’est imposé de manière évidente tant le passé du pays y est visible et son présent teinté d’une atmosphère mélancolique. Les couleurs s’entrechoquent mêlant ainsi ces deux époques.
Cette série fait la continuité de mes dernières réalisations où les corps ne se dévoilent pas entièrement et les regards et les regards sont fuyants. Dans ces tirages, l’anonymat des personnages laisse alors libre place à notre imagination, nous nous identifions puis ressentons ces vies, comme si à Tallinn, Tartu, ou Pärnu nous étions.

Site web


Gary Gréteau, Ayasheleen et Leto

© Gary Gréteau

Les Legendes d’Azcor est une artiste qui aime donner vie aux personnages de son univers personnel.
À travers la série “Ayasheleen”, l’artiste cherche à raconter une partie de la légende de cette déesse qui, après avoir bravé son maître, eut son âme brisée et dispersée aux quatre vents.
Éclats de sentiments, d’émotions et de magie voués à ne jamais plus être réunis. Cette idée de fragments d’âme guide une grande partie de ses créations.
Comme pour soigner sa propre âme, elle se sert du personnage de Leto pour donner corps à des angoisses, cherchant à magnifier sa douleur et ses sentiments négatifs au travers de sa “Sombre Trinité”.

Profil Instagram


Vous pourrez, si vous le souhaitez, débuter ou renouveler votre adhésion à l’association pour soutenir l’organisation des expositions.
Une sélection de livres des structures participant au Pôle Image / Maison Bourbon sera disponible.
Une buvette sera sur place.

Accès :
Cdanslaboite – Pôle Image
79 rue Bourbon, 33000 bordeaux
Tram B La Cité du Vin
Entrée libre

Participer à l’événement Facebook

Nous suivre sur Instagram