Les Mercredis Photographiques #44 – 25 septembre 2019

Mercredi Photographique de CdanslaBoite expositions photographiques à Sup de Pub Bordeaux

organisés par Cdanslaboite
de 18h00 à 22H30
Entrée libre

École Sup de Pub Bordeaux
Hangar 18 – Quai de Bacalan
33300 Bordeaux (entrée côté rue)

Jonathan Hindson 

Afrique du Sud et Palestine : sans doute les deux pays au monde les plus clairement associés à la ségrégation, la discrimination arbitraire et à l’ostracisme. Peut-on pour autant créer des parallèles entre ces deux sociétés ? Au delà de l’analyse de situations politiques, d’un positionnement éthique ou d’une aspiration à un monde plus fraternelle, est-il possible de trouver des similitudes de fond dans ce qui fait le quotidien des gens ? Bien-sûr, l’apartheid a été abolie en Afrique du Sud, mais il me reste suffisamment de souvenirs qui agissent sur mon regard, et il reste suffisamment de stigmates dans la société, pour que la comparaison reste pertinente. La sélection de photos présentés ici ne se propose pas d’épuiser le sujet, encore moins de chercher des solutions. Il s’agit d’un regard croisé, d’un jeu de pistes, une recherche picturale qui a vocation à proposer aux questions qu’elle pourrait poser, des réponses interrogatives.

http://jonathanhindson.ultra-book.com/

© Jonathan Hindson

Emmanuelle Maura

Compost est une série amorcée comme un jeu, celui de jeter sur le tas et d’obtenir parfois une composition.
Une vrai nature morte.
Geste des champs / geste des villes, jeter c’est aussi trier, ou ne pas trier.
Aux photographies sur le motif, des photos d’observation prises au fil du temps viennent en contre-point, s’agréger en récit.

© Emmanuelle Maura

http://www.e-maura.com/

Maurice Lebrun

ECLAIRS : Série analogique sur les prises de décisions instinctives du cerveau humain.

http://mauricelebrun.com

© Maurice Lebrun

Bruce Milpied

Le Golfe de Fos se compose de 4 villes : Martigues, Port-de-Bouc, Fos-sur-Mer et Port Saint-Louis. Sur cette partie de la Méditerranée, sont installées deux grandes zones industrielles, parmi les plus grandes d’Europe. L’incidence sur l’environnement et la vie des habitants est important, cancers, leucémies, allergies, pourtant on y vit normalement….

https://brucemilpied.fr

© Bruce Milpied

Fabien Pallueau

XV, XVI, XX, XXIII. Actes. G7, contre G7, 1er mai. Sommation, donner l’assaut, battre en retraite, barricader, projeter, asperger. Se protéger, se faire saisir, se dégager, tomber à terre, se faire aider. Grenade (lacrymogène), grenade (de désencerclement), GLI – F4, matraque classique, Tonfa, télescopique. Se protéger (encore). Masque à gaz (respirer), casque de skate (contrechoc), lunettes (pouvoir voir). Surnager – Bricoler. Photographier (encore) : le point de rupture.

© Fabien Pallueau

INFOS

Les mercredis photographiques #42
29 mai 2019 de 18h00 à 22h30
Sup De Pub – Quai des Marques, Hangar 18 à Bordeaux (entrée côté rue)
Entrée libre
ⓉTRAM B : Arrêt Les Hangars

Comme à chaque édition, une buvette payante est à disposition, prévoyez de la monnaie.

Organisé par l’Asso Cdanslaboite
Vous pourrez, si vous le souhaitez, commencer ou renouveler votre adhésion à l’association.
http:// www.cdanslaboite.com
www.facebook.com/LesMercredisPhotographiques

PHOTO FORMAT

BORDEAUX
Évènement photo rue Bourbon
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Dans le cadre de la Saison « Liberté- Bordeaux 2019 », l’association Cdanslaboite propose un événement photographique rue Bourbon, aux Bassins à Flot.
Cet évènement, nommé « Photo Format », s’appuie sur le 2ème axe de la saison:
« une vision tournée vers la création contemporaine, la liberté de création, le rapport au territoire, le port, le vivre ensemble. »
Sur le thème de la Street Photography, cette première édition de Photo Format fait écho à l’exposition de l’un des maitres de la discipline dans le domaine de la couleur : Harry Gruyaert, programmée à la Base Sous-marine.

Au programme de cette première édition de l’évènement Photo Format : trois expositions dans différents lieux de la rue Bourbon, aux Bassins à Flot, une édition spéciale des Mercredis Photographiques et des workshops.

Pau Buscató – Humour et ironie

©Pau Buscato

Pau Buscató est né à Barcelone mais réside à Oslo, la capitale de la Norvège. Il y avait passé une année d’Erasmus en 97-98 à l’université d’architecture d’Oslo. Il a finalement décidé de s’installer dans cette ville en 2009, et il essaye d’y vivre de la photographie de rue.
Il acheté son premier appareil photo « sérieux » fin 2010, et ses débuts étaient typiques pour un débutant : dans quelle direction aller ? Et comme beaucoup penser davantage à l’équipement et à la technique au lieu de se concentrer sur ses propres capacités créatives.
Apres avoir essayé un peu de tous les genres il se rend compte qu’il se sent plus à l’aise avec la photographie de rue. Il prend alors la décision de vendre tout son équipement (appareils photo, objectifs, trépieds, etc.) et de passer du temps à apprendre avec un appareil télémétrique analogique et un seul objectif fixe. Il achète un stock de bobines noir et blanc (Tri-X), le matériel à développer et passe une année à apprendre les fondamentaux de la photographie.
En 2012, ses photos n’étaient que des exercices de composition, assez simples dans leur forme et leur contenu et avec des références trop directes à des maitres comme Kertesz ou Cartier-Bresson.
Mais tout cela a permis enfin d’avoir une direction fixe en photographie.
Selon Pau Buscato la photographie de rue est pratiquement aussi vieille que la photographie elle-même, et en donner une définition unique et indiscutable a toujours été difficile et très sujet à controverse.
Ceci est dû au fait qu’il s’agit d’un genre aux limites quelque peu diffuses et qui se superpose dans certains domaines à d’autres genres, tels que le documentaire, d’une part, et la photographie plus artistique, de l’autre. Et entre les deux, il existe des milliers de variantes possibles.
Le seul point commun et indispensable dans toutes ces variations devrait être que les photos ne sont pas préparées. Qu’ils soient de véritables moments de la vie quotidienne que le photographe trouve et élabore, à travers sa vision. Parce que l’important n’est pas ce qui était là, mais comment le photographe l’a vu.
C’est ce que nous propose Pau Buscato à travers une série empreinte d’humour et qui surprend par la rareté des situations, et cache un très gros travail en arrière plan.

Pau Buscató proposera également un workshop.
Programme et inscriptions : http://cdanslaboite.com/workshops/

Pau Buscató – Humour et Ironie
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Du mercredi au samedi de 14h à 19h
Le Volcan, 72 rue Bourbon

Valérie Six – Compli-Cities

©Valerie Six

Valérie Six est née dans le nord de la France et vit actuellement à Bordeaux. C’est lors d’un voyage à Dubaï en 2012 qu’elle achète son premier appareil photo numérique. En 2014, après deux ans en tant que photographe amateur, elle participe à son premier cours de photographie à l’Ecole des Gobelins, lançant ainsi sa nouvelle vie de photographe.

Elle suit quelques workshop avec de grands noms de la photographie, mais c’est avec Jean-Christophe Béchet, célèbre pour ses photos de rue qu’elle est amenée à découvrir sa vocation pour la photo de rue.
Elle se concentre alors sur ce genre où elle trouve dans les rayons de lumière et l’architecture le décor idéal à d’énigmatiques vignettes, espiègles ou mélancoliques, à mi-chemin entre fiction et réalité.
Se définissant avant tout comme une photographe de l’émoi, Valérie Six utilise la rue, son architecture, la lumière et les ombres pour réaliser ses clichés. Elle alterne les prises de vue de scènes réelles animées et d’autres purement graphiques ou abstraites, utilisant successivement la couleur ou le noir et blanc. Elle se laisse guider par la lumière et les ombres qu’elle génère, et les différents plans architecturaux constitueront les scènes théâtrales de ses clichés. Ne restant pas
plus de 20 minutes pour prendre une photographie, elle considère que la magie du moment s’estompe lorsqu’elle attend trop longtemps au même endroit.

Sa séries Compli-cities, est composée de diptyques juxtaposant deux scènes de rue complices en termes de fond, de couleurs et de formes.

Valérie Six proposera également un workshop.
Programme et inscriptions : http://cdanslaboite.com/workshops/

Valérie Six – Compli-Cities
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Le Volcan (72 rue Bourbon, Bordeaux)
Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Ljubisa Danilovic – 20 ans à Belgrade

©Ljubisa Danilovic – 20 ans à Belgrade

“Dans un Etat où le tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté, la capitale souffre aussi sa part de misère même si, depuis trois ans, la Yougoslavie a réintégré l’ONU et s’est réconciliée avec les puissances occidentales, les années d’embargo, les bombardements de l’Otan, la ruine des grandes industries ont mis le pays à genoux. Etudiants, chômeurs ou actifs, les jeunes Serbes partagent le sinistre privilège d’appartenir à la génération Milosevic et de sortir d’une décennie d’opprobre internationale. « La vie commence à 30 ans » chante un groupe belgradois à la mode. Preuve qu’à Belgrade, 20 ans n’est peut être pas le plus bel âge de la vie.“ Aline Maume (2003)

Ljubisa Danilovic – 20 ans à Belgrade
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Maison Bourbon (79 rue Bourbon, Bordeaux)
Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Les Mercredis Photographiques #43 – Édition spéciale Photo Format

Observer, fureter, écouter, surprendre…
Walker Evans

La photographie de rue est née avec la photographie, les premières images de l’histoire sont tournées vers la rue et c’est dans le foisonnement de la vie urbaine que beaucoup ont cherché la poésie ou l’insolite en observant des gens ordinaires et des situations du quotidien.
Cette pratique conserve une qualité suprême, l’honnêteté de la représentation de la vie telle qu’elle a été surprise, avec toutes les réserves habituelles sur le concept d’image bien entendu.

Dans notre contexte ultra-médiatisé la pratique de la street photographie est aussi une manière de comprendre notre monde complexe et d’en dresser un portrait personnel. Les multiples approches que nous présentons ici et qui s’attachent à un même territoire en sont une démonstration.
En opposition avec les images retouchées ou composées sur ordinateur, des séries mises en scènes, la vitalité de la rue offre bien souvent des situations bien plus étranges et plus belles.
Tout est là, il n’y qu’a se servir…
Souvent nourris des images des maitres en la matière mais pas nécessairement, les photographes bordelais abordent les thématiques classiques : reflets, marcheurs, portraits grand angle, matière et géométrie, image dans l’image…

Benoit Cary

©Benoit Cary

Benoit Cary approche la rue à travers les matières et les traces de la vie humaine qui s’y accumulent.
benoitcary.fr

Mathieu Coquerelle

©Mathieu Coquerelle

Mathieu Coquerelle présente une série d’espaces architecturaux
aux compositions rigoureuses et couleurs magnétiques, des constructions urbaines quotidiennes transformées par l’imaginaire en décors futuristes.
mathieucoquerelle.fr

Marie Fontecave

©Marie Fontecave

« Ce qui m’attire dans la photo de rue, ce sont ces gens qui la peuplent, avec leurs attitudes parfois surprenantes mais toujours humaines. »
mariefontecave.com

Jean-Michel Dauba

©J. M. Dauba

Jean-Michel Dauba explore la ville et les interactions entre les images omniprésentes (publicités, street art, pictogrammes, tatouages…) et la rue ou les passants.
jean-micheldauba.wixsite.com

Géraldine Gilleron

©Géraldine Gileron

Géraldine Gilleron s’intéresse aux clients des bars qu’elle fréquente et cible une certaine solitude au travers d’images noir et blanc simples et sensibles.

Gilbert Jaksic

©Gilbert Jaksic – Reflets

Gilbert Jaksic présente une série de reflets ou se mélangent l’architecture urbaine et les ombres humaines. Cette approche de la ville maintient une certaine distance et timidité par rapport au sujet mais le restitue dans la monumentalité de l’espace.
gilbertjaksic.com

Jean-Michel Le Blanc

©Jean-Michel Le Blanc

Jean-Michel Le Blanc nous fait une proposition qui peut surprendre par sa mise en forme mais c’est à coup sûr l’essence de la rue, des scènes qui se déroulent au sens cinématographique, dont il faut anticiper le début et la fin et en photographier la séquence. Les mosaïques insistent sur l’effet de foule et de multitude et les saynètes nous renvoient à des moments où nous nous reconnaissons.

Elie Monferier

©Elie Monferier

Elie Monferier, fidèle à son style, est dans la proximité directe avec son sujet. Portraits bruts accentués par le flash, il nous décrit une jeunesse de la nuit avec ses dérives et sa spontanéité.
« La nuit, j’ai braqué l’appareil sur ma génération, la génération Y, à coups de flash et de cuites. J’y ai rencontré une énergie farouche et une jeunesse impétueuse, éprise d’ivresse et déterminée à jouir jusqu’à l’oubli. Nous avons parlé d’amour, de la chaleur d’une étreinte et du couple moderne si difficile à construire. Du désir à la désillusion, voici le portrait de jeunes adultes dérivant dans la nuit, à la recherche du bonheur d’un soir, se heurtant à l’inanité du sens que la société propose et consommant d’une même manière sentiments, alcools et corps. »
eliemonferier.com

Bruno Tourtoy

©Bruno Tourtoy

Bruno Tourtoy soumet un témoignage urbain s’appuyant sur des individualités, captées à distance et bien intégrées dans un paysage urbain identifiable. Chaque image nous raconte une tranche de vie émouvante, humoristique ou poétique.
streetphotographie.fr

Les Mercredis Photos #43 – Édition spéciale Photo Format
Mercredi 26 juin 2019 de 18h30 à 22h30
SupdePub Bordeaux – Quai des Marques, Hangar 18 à Bordeaux (entrée côté rue)
Entrée libre
ⓉTRAM B : Arrêt Les Hangars
http://cdanslaboite.com/