PHOTO FORMAT

BORDEAUX
Évènement photo rue Bourbon
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Dans le cadre de la Saison « Liberté- Bordeaux 2019 », l’association Cdanslaboite propose un événement photographique rue Bourbon, aux Bassins à Flot.
Cet évènement, nommé « Photo Format », s’appuie sur le 2ème axe de la saison:
« une vision tournée vers la création contemporaine, la liberté de création, le rapport au territoire, le port, le vivre ensemble. »
Sur le thème de la Street Photography, cette première édition de Photo Format fait écho à l’exposition de l’un des maitres de la discipline dans le domaine de la couleur : Harry Gruyaert, programmée à la Base Sous-marine.

Au programme de cette première édition de l’évènement Photo Format : trois expositions dans différents lieux de la rue Bourbon, aux Bassins à Flot, une édition spéciale des Mercredis Photographiques et des workshops.

Pau Buscató – Humour et ironie

©Pau Buscato

Pau Buscató est né à Barcelone mais réside à Oslo, la capitale de la Norvège. Il y avait passé une année d’Erasmus en 97-98 à l’université d’architecture d’Oslo. Il a finalement décidé de s’installer dans cette ville en 2009, et il essaye d’y vivre de la photographie de rue.
Il acheté son premier appareil photo « sérieux » fin 2010, et ses débuts étaient typiques pour un débutant : dans quelle direction aller ? Et comme beaucoup penser davantage à l’équipement et à la technique au lieu de se concentrer sur ses propres capacités créatives.
Apres avoir essayé un peu de tous les genres il se rend compte qu’il se sent plus à l’aise avec la photographie de rue. Il prend alors la décision de vendre tout son équipement (appareils photo, objectifs, trépieds, etc.) et de passer du temps à apprendre avec un appareil télémétrique analogique et un seul objectif fixe. Il achète un stock de bobines noir et blanc (Tri-X), le matériel à développer et passe une année à apprendre les fondamentaux de la photographie.
En 2012, ses photos n’étaient que des exercices de composition, assez simples dans leur forme et leur contenu et avec des références trop directes à des maitres comme Kertesz ou Cartier-Bresson.
Mais tout cela a permis enfin d’avoir une direction fixe en photographie.
Selon Pau Buscato la photographie de rue est pratiquement aussi vieille que la photographie elle-même, et en donner une définition unique et indiscutable a toujours été difficile et très sujet à controverse.
Ceci est dû au fait qu’il s’agit d’un genre aux limites quelque peu diffuses et qui se superpose dans certains domaines à d’autres genres, tels que le documentaire, d’une part, et la photographie plus artistique, de l’autre. Et entre les deux, il existe des milliers de variantes possibles.
Le seul point commun et indispensable dans toutes ces variations devrait être que les photos ne sont pas préparées. Qu’ils soient de véritables moments de la vie quotidienne que le photographe trouve et élabore, à travers sa vision. Parce que l’important n’est pas ce qui était là, mais comment le photographe l’a vu.
C’est ce que nous propose Pau Buscato à travers une série empreinte d’humour et qui surprend par la rareté des situations, et cache un très gros travail en arrière plan.

Pau Buscató proposera également un workshop.
Programme et inscriptions : http://cdanslaboite.com/workshops/

Pau Buscató – Humour et Ironie
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Du mercredi au samedi de 14h à 19h
Le Volcan, 72 rue Bourbon

Valérie Six – Compli-Cities

©Valerie Six

Valérie Six est née dans le nord de la France et vit actuellement à Bordeaux. C’est lors d’un voyage à Dubaï en 2012 qu’elle achète son premier appareil photo numérique. En 2014, après deux ans en tant que photographe amateur, elle participe à son premier cours de photographie à l’Ecole des Gobelins, lançant ainsi sa nouvelle vie de photographe.

Elle suit quelques workshop avec de grands noms de la photographie, mais c’est avec Jean-Christophe Béchet, célèbre pour ses photos de rue qu’elle est amenée à découvrir sa vocation pour la photo de rue.
Elle se concentre alors sur ce genre où elle trouve dans les rayons de lumière et l’architecture le décor idéal à d’énigmatiques vignettes, espiègles ou mélancoliques, à mi-chemin entre fiction et réalité.
Se définissant avant tout comme une photographe de l’émoi, Valérie Six utilise la rue, son architecture, la lumière et les ombres pour réaliser ses clichés. Elle alterne les prises de vue de scènes réelles animées et d’autres purement graphiques ou abstraites, utilisant successivement la couleur ou le noir et blanc. Elle se laisse guider par la lumière et les ombres qu’elle génère, et les différents plans architecturaux constitueront les scènes théâtrales de ses clichés. Ne restant pas
plus de 20 minutes pour prendre une photographie, elle considère que la magie du moment s’estompe lorsqu’elle attend trop longtemps au même endroit.

Sa séries Compli-cities, est composée de diptyques juxtaposant deux scènes de rue complices en termes de fond, de couleurs et de formes.

Valérie Six proposera également un workshop.
Programme et inscriptions : http://cdanslaboite.com/workshops/

Valérie Six – Compli-Cities
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Le Volcan (72 rue Bourbon, Bordeaux)
Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Ljubisa Danilovic – 20 ans à Belgrade

©Ljubisa Danilovic – 20 ans à Belgrade

“Dans un Etat où le tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté, la capitale souffre aussi sa part de misère même si, depuis trois ans, la Yougoslavie a réintégré l’ONU et s’est réconciliée avec les puissances occidentales, les années d’embargo, les bombardements de l’Otan, la ruine des grandes industries ont mis le pays à genoux. Etudiants, chômeurs ou actifs, les jeunes Serbes partagent le sinistre privilège d’appartenir à la génération Milosevic et de sortir d’une décennie d’opprobre internationale. « La vie commence à 30 ans » chante un groupe belgradois à la mode. Preuve qu’à Belgrade, 20 ans n’est peut être pas le plus bel âge de la vie.“ Aline Maume (2003)

Ljubisa Danilovic – 20 ans à Belgrade
Du 26 juin au 13 juillet 2019
Maison Bourbon (79 rue Bourbon, Bordeaux)
Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Exposition Julien Thore, Portraits de famille

Du jeudi 15 novembre au samedi 15 décembre 2018
Rencontre avec Julien Thore le samedi  15 décembre 2018 à 11h
Bibliothèque de Bordeaux Bacalan
Bibliothèque Bacalan – 196 rue Achard – 33300 Bordeaux
Entrée libre

© julien thore

Visiblement Julien Thore veille au grain, et a trouve avec la chambre photographique un dispositif qui lui convient. Vorace, il croque ici en bon cannibale une série de portraits parodiques d’une étrange tribu, autant d’effractions inattendues au coeur même du réel le plus trivial : la photo de famille.
Comme a son habitude, il déclenche sans pitié, sans distinguer ce qui est beau et ce qui ne pourra jamais l’être. La rigueur technique admirablement contrôlée offre un contrepoint judicieux a la furie poétique des images.
Puissamment maintenus dans le cadre par la solennité du noir et blanc, les modèles prives de contexte donnent a voir un ensemble au charme énigmatique, inopiné, inexpliqué.
Mais il faut se hisser au-dessus de l’apparence rassurante d’un travail fantaisiste de petits arrangements comiques avec le concret. Car ici aucun visage ne survit pas a la griffe, et au final c’est un effrayant tableau de chasse, qui souligne l’imposture familiale.
Ce cortège de phobies et d’obsessions crues désigné l’absurdité du mythe de la famille unie. Ces déraillements insolites dénoncent la célébration du faux-semblant, et exorcisent le fantasme refoule de la famille heureuse.
Ou l’on se rappelle qu’un portrait compte toujours une part d’illusion mensongère. Et ou l’on doit accepter que la beauté barbare de la photographie conjure souvent notre hantise de la vieillesse comme de la mort.

 

Bibliothèque Bacalan – 196 rue Achard – 33300 Bordeaux
Horaires :
Mardi de 10h à 12h et de 14h à 18h
Mercredi de 10h à 18h
Jeudi de 14h à 18h
Vendredi de 14h à 18h
Samedi de 10h à 18h
bibliotheque.bordeaux.fr

Exposition « Un peu plus que la vie » d’Olivier Deck à la librairie l’Ascenseur Végétal

Exposition photographique 
« Un peu plus que la vie » Olivier Deck

 

Du mardi 13 Novembre au mercredi 12 décembre 2018
Vernissage le mardi 20 novembre de 18h à 21h
En présence de l’artiste
Présentation de l’exposition et du livre (Editions Contrejour, 2017).

L’Ascenseur Végétal
20 Rue Bouquière – 33000/Bordeaux
Entrée libre
https://www.facebook.com/events/176919136545020/

© Olivier Deck – Un peu plus que la vie

« Un peu plus que la vie » est une méditation poétique sur l’enfance et le paysage (plus particulièrement l’univers de la forêt landaise). Trente-trois images en noir et blanc, accompagnées d’un texte, évoquent le lien de l’enfance avec la nature. L’auteur, qui parcourt sans relâche les Landes depuis 20 ans, a photographié la forêt, jusque dans son intimité, ses matières, ses brumes. Il a dans le même temps réalisé des portraits d’enfants, qui viennent rythmer les paysages, faisant apparaître des résonances entre les êtres et les choses. Une nouvelle inédite « Icare à l’envers », venant à la suite des images, évoque sa propre enfance dans le sud-ouest, au plus près des arbres, des ruisseaux, des saisons… irriguée par la force primordiale qui monte du coeur de la nature et parcourt les êtres et le choses. Au-delà des considérations personnelles, Olivier Deck trouve dans son quotidien, chez lui et dans son paysage familier, la matière première qui lui permet d’exprimer l’universel : l’enfance, la nature, la solitude …

Le photographe franco-slovène Klavdij Sluban, qui a reçu les prix Niépce, Oscar Barnack, et de l’Académie des Beaux Arts pour son oeuvre sur le Japon, a accompagné Olivier Deck pendant quatre ans, apportant son expertise dans l’orientation du travail et la sélection extrêmement rigoureuse des images afin d’élaborer une écriture photographique cohérente et singulière.

PRESENTATION DE L’EDITEUR

De 1975 à 1995, en deux décennies, et plus de 170 livres publiés, les éditions Contrejour fondées par Claude Nori marquèrent la photographie Française et européenne en contribuant à faire émerger une nouvelle génération de photographes, à redonner une place privilégiée aux maîtres oubliés et à ouvrir enfin une réflexion critique sur la photographie.

En 2011, les nouvelles éditions Contrejour reparaissaient dans un paysage éditorial totalement différent, concurrentiel, international où l’image est largement institutionnalisée et médiatisée à travers le marché de l’art, les expositions et les festivals.

Dirigées depuis Biarritz par Isabelle et Claude Nori, elles s’attachent à offrir un environnement privilégié et un cadre créatif aux auteurs, à leur proposer des outils techniques et d’impressions de grande qualité. 

Parmi les auteurs publiés, on compte Ralph Gibson, Arthur Tress, Mario Giacomelli, Sebastiao Salgado, Franck Landron, Jean Dieuzaide, Jeanloup Sieff, Franco Fontana, Flore….

Site internet :www.editions-contrejour.com

PRESENTATION DE L’AUTEUR

Olivier Deck est natif du sud-ouest (Orthez, 1962) et vit dans les Landes depuis 1995. Artiste au multiples talents, il a connu une carrière de peintre avant de se consacrer à l’écriture, pour publier une trentaine de livres : romans (Albin Michel), nouvelles (Verdier), poésie (Cairn), plusieurs fois primés (Prix Hemingway, Prix de l’Académie d’Occitanie, Prix Chronos de littérature…) Il est lauréat de l’Académie Charles Cros pour son travail sur la poésie de Bernard Manciet (aidé par le département des Landes). Il pratique la photographie depuis son enfance. Au début des années 2010, il décide d’en faire un mode d’expression privilégié, à coté de l’écriture. Le photographe Klavdij Sluban (Prix Niépce, Prix Leica Oscar Barnack, Prix de l’Académie des Beaux Arts) repère son travail et décide de le soutenir. En 2017, il publie son premier livre de photographie aux prestigieuses éditions Contrejour, dirigée par Claude Nori.

http://www.olivierdeck.fr/